Des universitaires turcs reconnaissent le génocide arménien à la télévision. Par Harut Sassounian

21-07-2020 10:31:44   | USA  |  Articles et analyses
Je viens de trouver une vidéo dans laquelle deux universitaires turcs prônent la reconnaissance du génocide arménien par la République de Turquie. La discussion a eu lieu en 2015 à l’occasion du 100e anniversaire du génocide arménien. La conversation entre Erdogan Aydin et Aydin Chubukchu est en turc avec des soustitres anglais sur la vidéo. Le nom du programme d’une heure et 37 minutes est Tour de Babel. Le titre du programme est «Face au génocide». Le modérateur turc anonyme a lancé le programme avec les questions suivantes: «Que s’est-il réellement passé en 1915; ce que les gens ont vécu? était-ce un génocide? était-ce une déportation? 
 


Voici des extraits de cette discussion: 
 
Erdogan Aydin: «Rappelons-nous que la déportation de 1915, quand on se concentre sur les détails, signifie la même chose que le génocide de 1948…. Si l’expulsion n’est pas
effectuée avec le consentement des personnes qui sont exilées pour leur propre sécurité - d’ailleurs, les expulsions ne sont pas effectuées pour cette [raison]. Il s’agit d’élargir la souveraineté des États, de punir la société, de régler les autres si la terre est productive. Donc, si cela est fait contre la volonté du peuple, si tous, y compris les femmes, les enfants et les personnes âgées sont renvoyés, alors c’est un crime contre l’humanité. 
Modérateur: «Davutoglu (ancien Premier ministre de Turquie) le dit. Il dit, il répète partout que la déportation est un crime contre l’humanité. Il l’accepte comme tel. 
 
Aydin Chubukchu: «… Mais lorsque nous examinons les articles de la Convention sur le génocide de 1948, nous voyons qu’ils définissent en fait cette pratique….» 
 
Erdogan Aydin: «Les documents que les historiens examinent ne sont pas si importants. Ce qui est important, c’est la manière d’interpréter ces documents et comment un rapport final serait rédigé et servir quelle politique. L’historien n’est pas quelqu’un comme un médecin dans un laboratoire. L’histoire n’est pas définie ou fermée à l’interprétation. Cela ne peut pas être expliqué par des relations strictes de cause à effet. Tous ceux qui ont étudié les documents et fait des réclamations jusqu’à aujourd’hui sont déjà des historiens. En fin de compte, ceux qui régleront la question à la lumière des faits présentés par les historiens sont les politiciens. Bien sûr, c’est politique. Quand il s’agit de politique, ce que disent les historiens n’est pas si important. Des documents, des statistiques, des lois montrant la pratique de l’Etat sur les propriétés abandonnées ont déjà montré que le peuple arménien a atteint le point zéro car il était composé d’une population importante dans ce pays. Où est allé ce peuple? Où est allé ce pedigree? La question est si simple. S’ils n’ont pas été massacrés, que leur est-il arrivé? Ils ne se sont pas vaporisés, n’est-ce pas? Comme le montrent des faits très connus, la guerre et l’invasion russe dans la région de Van, Bitlis, etc., jusqu’à ce qu’Erzincan soit un prétexte pour exiler les Arméniens de ces terres. Comment? En étant expulsé. Oui, les villages ont été vidés. Des gens, y compris des enfants à pied, nus et affamés, ont été contraints de marcher vers la Syrie. Ils ont été déportés d’Erzurum, Kars, Erzincan et Van vers la Syrie dans les conditions de transport de l’époque. Ils n’ont pas pu atteindre [la Syrie] parce que, selon le plan, des civils misérables, nus et affamés non armés, des femmes avec leurs bébés, comme on le voit sur les photos derrière nous, ont également été attaqués par des gangs en cours de route. Ils ont été volés en chemin, retenus captifs, massacrés. Finalement, seul un quart des Arméniens expulsés de Turquie ont atteint la Syrie. Les trois quarts sont morts en chemin. Les documents ottomans acceptent également ces décès dus à des épidémies ou à des agressions, [mais] ils disent qu’ils n’ont rien à voir avec cela. Les documents historiques sont clairs. Le point critique est la manière dont l’État gérera politiquement et ce qu’il en déduira. Les historiens ont déjà fait ce qu’ils devraient faire. Télégramme envoyé de quelqu’un à quelqu’un - des milliers de documents comme celui-ci. Des milliers de documents sont exposés. Il ne reste aucun document secret. S’il y a un document secret, il fait partie des documents transférés de l’Empire ottoman à la Turquie. Les documents qui prouvent le génocide en disant «massacrezles sur les routes en expulsant» sont bien sûr cachés. On ne peut jamais les voir. Comme [le journaliste turc] Veysi Sansozen l’a dit hier, nous exigeons la preuve du meurtre du meurtrier. Donne-t-il? Non. Il n’apparaîtra jamais. Les documents dont disposent les Arméniens sont plutôt basés sur des témoignages et des rapports préparés par le clergé, des diplomates étrangers et des journalistes. La plupart d’entre eux reflètent manifestement toute la tragédie. Il y a des photos et des films tournés à cette époque malgré des opportunités très limitées. L’anéantissement du peuple arménien est sans aucun doute. Ils ont été anéantis. C’est le point.” 
 
Aydin Chubukchu: «Permettez-moi d’ajouter ceci. Cela n’a pas été fait par des historiens, mais par des politiciens. Le nettoyer est aussi leur travail. Deuxièmement, comme mon frère Aydin l’a mentionné, les auteurs de ce genre de travail suppriment généralement les documents, utilisent des expressions qu’il est impossible de déchiffrer. Ainsi, lorsqu’un criminel opprime, il essaie de fabriquer une couverture pour cela. En fait, le document le plus important est l’éradication réelle et physique d’un peuple de son territoire historique. 
 
Erdogan Aydin: «Après 100 ans de l’événement, le 100e anniversaire du génocide devrait être un tournant. C’est ainsi que l’opinion publique mondiale la voit. Pourquoi cette question n’a-telle pas pu être résolue pendant 100 ans? C’est un problème. D’un autre côté, compte tenu de la politique étrangère de la Turquie et de ses relations avec l’Occident et les États-Unis, nous pouvons parler de coincer la Turquie. Sans aucun doute, cette question est désormais une carte politique. Il a également cet aspect. Mais cela ne change rien au fait que les Arméniens ont été anéantis. Quand on dit que les Français, les Allemands, le Pape veulent cette [reconnaissance], notre
opinion publique intérieure la perçoit comme si tous les chrétiens du monde, tous les «giavours» [infidèles] nous ont unis et nous ont attaqués. Il est évident que tant que ce crime restera sur eux, tous les gouvernements turcs et l’État auront des problèmes. Cette partie intéresse l’Etat, mais la même chose est aussi une honte pour nous et une honte pour le peuple turc. Nous voulons nous débarrasser de cela. Celui qui veut ça. Mais nous le voulons. Nous sommes tous aujourd’hui coupables et responsables du meurtre ignominieux contre le peuple arménien. Nous devrions ressentir cela. Nous voulons donc nous en débarrasser. Sans aucun doute, il y a un autre aspect. Faire face au génocide est un chapitre important de notre lutte pour la démocratie. Si nous défendons les idéaux de fraternité des peuples et de cohabitation pacifique, nous devons également remplir nos devoirs rétrospectivement. De plus, la question arménienne est un sujet qui nourrit continuellement le fascisme et le sectarisme. L’animosité contre les Arméniens est un élément essentiel de la propagande fasciste. Par conséquent, dans la lutte pour la démocratie, cette question doit être réglée; le génocide doit être reconnu pour briser et enterrer les armes du fascisme, du sectarisme et du chauvinisme.
 
Par Harut Sassounian 
Éditeur, The California Courier 
 
https://nt.am/

 
  -   Articles et analyses
Nouvelles d Armenie et de Diaspora - Noyan Tapan

Lire 114
Noyan Tapan - Նոյյան տապան
Facebook Group · 3 365 անդամ
Միանալ խմբին